• Le Magnificat

     
     

     

    Le Magnificat

    (Cantique de Marie : Luc 1:46)

     

    Prière : Le Magnificat

     

    Mon âme exalte le Seigneur
    et mon esprit s'est rempli d'allégresse
    à cause de Dieu, mon Sauveur,
    parce qu'il a porté son regard sur son humble servante.

    Oui, désormais, toutes les générations me proclameront bienheureuse.
    Parce que le Tout Puissant a fait de grandes choses :
    Saint est son Nom.

    Sa bonté s'étend de générations en générations sur ceux qui le craignent ;
    Il est intervenu de toute la force de son bras ;
    Il a dispersé les hommes à la pensée orgueilleuse ;
    Il a jeté les puissants à bas de leur trônes et a élevé les humbles ;
    Les affamés, il les a comblés de biens
    et les riches, il les a renvoyés les mains vides.

    Il est venu en aide à Israël son serviteur en souvenir de sa bonté comme il l'avait dit à nos pères,
    en faveur d'Abraham et de sa descendance pour toujours.

     

     

     

    Saint Louis-Marie Grignion de Montfort († 1716)

    Sixième pratique. Pour remercier Dieu des grâces qu'il a faites à la très-sainte Vierge, ils diront souvent le Magnificat, à l'exemple de la bienheureuse Marie d'Oignies et de plusieurs autres Saints : c'est la seule prière et le seul ouvrage que la Sainte-Vierge ait composé, ou plutôt que Jésus a fait en elle, car il parlait par sa bouche ; c'est le plus grand sacrifice de louange que Dieu ait reçu d'une pure créature dans la loi de grâce ; c'est, d'un côté, le plus humble et le plus reconnaissant, et de l'autre, le plus sublime et le plus relevé de tous les cantiques. Il y a dans ce cantique des mystères si grands et si cachés, que les Anges en ignorent. Gerson, qui a été un docteur si pieux et si savant, après avoir employé une grande partie de sa vie à composer des traités si pleins d'érudition et de piété sur les matières les plus difficiles, n'entreprit qu'en tremblant, sur la fin de sa vie, d'expliquer le Magnificat, afin de couronner tous ses ouvrages. Il nous rapporte, dans un volume in-folio qu'il en a composé, plusieurs choses admirables de ce beau et divin cantique ; entre autres choses, il dit que la très-sainte Vierge le récitait souvent elle-même, et particulièrement après la sainte Communion pour action de grâces. Le savant Benzonius, en expliquant le même Magnificat, rapporte plusieurs miracles opérés par sa vertu, et il dit que les diables tremblent et s'enfuient quand ils entendent ces paroles du Magnificat : Fecit potentiam in brachio suo, dispersit superbos mente cordis sui.

    (Livre "Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge" de Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)

     

    Le Magnificat (le t final se prononce) désigne le cantique chanté par la Vierge Marie après l'Annonciation, lors de la visite qu'elle rend à sa cousine Élisabeth âgée et enceinte (épisode couramment appelé la Visitation). Également appelé Cantique de Marie, ce chant est tiré de l'Évangile selon Luc 1,46 - 56).

    Texte latin original. Texte français (version traduite) Texte français (traduction officielle)
    Magnificat anima mea Dominum,
    Et exsultavit spiritus meus in Deo salvatore meo.
    Mon âme exalte le Seigneur,
    Et mon esprit a exulté en Dieu, mon Sauveur.
    Mon âme exalte le Seigneur,
    Exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
    Quia respexit humilitatem ancillae suae.
    Ecce enim ex hoc beatam me dicent omnes generationes.
    Car il a jeté les yeux sur l'humilité de sa servante,
    Et voici que désormais on me dira bienheureuse de génération en génération.
    Il s'est penché sur son humble servante ;
    Désormais, tous les âges me diront bienheureuse.
    Quia fecit mihi magna qui potens est.
    Et sanctum nomen eius.
    Car il fit pour moi de grandes choses, celui qui est puissant,
    Et saint est son nom.
    Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
    Saint est son nom !
    Et misericordia eius in progenies et progenies timentibus eum.
    Fecit potentiam in brachio suo.
    Et son pardon s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent.
    Il a placé la puissance dans son bras.
    Sa miséricorde s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent.
    Déployant la force de son bras,
    Dispersit superbos mente cordis sui.
    Deposuit potentes de sede, et exaltavit humiles.
    Il a dispersé ceux dont le cœur était orgueilleux.
    Il a renversé les puissants de leurs trônes et élevé les humbles.
    Il disperse les superbes.
    Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
    Esurientes implevit bonis, et divites dimisit inanes.
    Suscepit Israël puerum suum, recordatus misericordiae.
    Il a comblé de biens les affamés, et renvoyé les riches les mains vides.
    Il a secouru Israël, son enfant, il s'est souvenu du pardon qu'il avait promis.
    Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.
    Il relève Israël, son serviteur, il se souvient de son amour,
    Sicut locutus est ad patres nostros, Abraham et semini eius in saecula. Ainsi avait-il parlé à nos pères, à Abraham et à sa descendance, pour les siècles. De la promesse faite à nos pères, en faveur d'Abraham et de sa descendance, à jamais.

    Source :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Magnificat